• Marie-Laure

Sénégal: Médecine conventionnelle et médecine traditionnelle, un couple qui dure !

Ce post est un témoignage . Une expérience surprenante de partage et d'échanges entre médecins, pharmaciens et praticiens de médecines traditionnelles en Afrique.

Un exemple de respect mutuel et d'ouverture .

(En fin d'article je vous présente quelques plantes médicinales Africaines que j'utilisais)



C'était un pari pour mes amis naturopathes et moi : Organiser des séjours bien - être au Sénégal pays où médecine conventionnelle et traditionnelle se côtoient depuis des années. Qu'avions nous à leur apporter de nouveau ?


Les plantes font partie du quotidien de chaque famille Sénégalaise et les tradi-thérapeutes occupent une grande place dans le paysage médical Africain.

Dans notre petit groupe, une pharmacienne Sénégalaise (exceptionnelle!) et propriétaire d'un hôtel dans le Siné Saloum propose que l'aventure débute dans son établissement niché au coeur d'une réserve naturelle UNIQUE ! Passionnée de plantes médicinales, elle proposera aussi la découverte de son jardin des simples .




A la découverte de l'autre médecine


Les participants sont des expatriés, des vacanciers Français, Belges et un tradi praticien, des médecins et pharmaciens Sénégalais venant de Dakar . Oui ! des médecins et des pharmaciens souhaitaient découvrir la naturopathie et participer aux ateliers !! Surprenant pour nous occidentaux mais complètement "normal " pour eux. Aucun a-priori de leur part , bien au contraire ! Médecins et pharmaciennes ouverts , prêts à tester la réflexologie plantaire, le do-in , le yoga . Désireux de découvrir les plantes occidentales et leur utilisation, ainsi que la place de l'alimentation dans la prévention .

Les échanges furent incroyablement enrichissants , d'autant qu'à leur tour , ils nous ont présenté leur pratique et leur pharmacopée traditionnelle.


Partage


Bien sûr l'allopathie est omniprésente, particulièrement en ville.

La grande majorité des médecins a fait leurs études en Europe . Ils reçoivent les délégués médicaux, assistent aux congrès subventionnés par l'Industrie pharmaceutique et pour autant , le rôle et la place des tradi thérapeutes sont respectés et l on reconnait que 80% de la population se soigne encore avec les plantes.

En effet, avec une moyenne de 1 euro par habitant et par jour , l’accès au médicament est réservé à minima à la classe moyenne supérieure.


Une seconde raison : Outre le fait, que les ancêtres consommaient quotidiennement des tisanes qui leur permettaient d’éliminer par les urines et par les selles tout ce qu’ils accumulaient comme déchets dans leurs corps (et ils tombaient rarement malades!), que chaque famille aujourd'hui consomme quotidiennement de la poudre de Baobab, du Moringa, du Kinkeliba , du Bissap , plantes médicinales aux multiples vertus, un événement majeur dans l'histoire médicale locale a "consolidé" ce lien entre médecine traditionnelle et médecine conventionnelle .


Hôpital Keur Massar : la Supériorité des plantes reconnue

Une occidentale, Yvette Parès, 1927-2010, professeur de biologie de la faculté de Dakar, pharmacienne et médecin qui a été la première femme au monde à mettre en culture le bacille de la lèpre en 1973, a prouvé à l ensemble de la communauté médicale mondiale la supériorité thérapeutique des plantes.

A l'hôpital de Keur Massar, avec l'aide des plus grands tradipraticiens d'Afrique de l'ouest, elle a mis au point des traitements efficaces contre la lèpre puis le sida, les hépatites et beaucoup d'autres pathologies.



« La médecine africaine n’a rien à voir avec le folklore et les gris-gris »

Yvette Parès


"A partir des résultats obtenus sur la lèpre avec les plantes africaines, Yvette Parès a été initiée à la médecine traditionnelle africaine en particulier par Daddi Diallo, grand maître de la tradition Peul.

Un hôpital a été créé à Keur Massar à côté de Dakar, où des milliers de lépreux ont pu être traités avec succès. Cet hôpital est ensuite devenu un centre de traitement du sida par les plantes ainsi que de nombreuses autres pathologies infectieuses ou non. Durant les quatre dernières années de sa vie passées en France, Yvette Parès a mis au point des traitements équivalents à ceux qu'elle utilisait en Afrique avec des plantes européennes créant une nouvelle médecine des plantes capable de remplacer les antibiotiques avec efficacité."
(source https://www.phytoyvettepares.com/yvette-pares)
Cet Hôpital existe toujours...un peu "fatigué ", mais il reçoit les malades et il n'est pas rare que certains soient envoyés par les médecins de ville.


Une prise de conscience


Bien sûr l'Afrique regorge aussi de charlatans prêts à tout pour se remplir les poches, des prétendus guérisseurs ou marabouts qui mélangent l’occultisme, la magie noire à la phytothérapie. Mais fort heureusement , il y a une prise de conscience de la part des des scientifiques, des médecins et pharmaciens de terrain : "les plantes médicinales sont efficaces, elle doivent être reconnues comme telles, et surtout protégées !" me précisait Marie, pharmacienne, lors de notre week end .

Protégées aussi de la pollution, des pesticides,ou du trafic grandissant fait par les Chinois sur l exploitation, par exemple de la poudre ou de l'huile "du Pain de Singe" (fruit du Baobab) .


Ma pharmacopée au pays de la Téranga

Comme promis :

HIBISCUS SABDARIFLA (OSEILLE DE GUINÉE) BISSAP

Ses racines produisent une action laxative, purgative ; la pulpe de ses racines est utilisée en pansement pour hâter la maturité des abcès ou en friction sur la poitrine pour calmer les bronchites. Ses feuilles desséchées (riche en mucilage, a. citrique, tartrique et vitamine C) produisent une action antiseptique, antifongique, désaltérante, diurétique, sudorifique. Ses feuilles en décoction sont utilisées contre la rougeole. Son jus de fruit est très prisé au Sénégal.



ADANSONIA DIGITATA (BAOBAB) / GUY

Très utilisé pour de multiples usages : maux de dents, digestion difficile, hépatite, abcès, stomatites, conjonctivite, gingivite, asthme, hémorragie, diarrhées, dermatoses. L’écorce en décoction est utilisée contre la fièvre, bain pour les yeux, pour soigner les plaies aussi. Ses feuilles (riche en vitamines), sont séchées et transformées en poudre pour l’asthme, en infusion en cas de diarrhées. Son jus de fruit est très prisé au Sénégal.


ALOE VERA / ALOÈS VRAI

Ses feuilles (suc) sont utilisées en cataplasme sur les plaies, blessures, fractures contre l’herpès action anti-inflammatoire, antibiotique, hydratant ; Sa (Pulpe) en cas de gastrite et maux de dents.


Le Kinkéliba (ou Sekhew)

C'est une plante médicinale issue d'un arbuste commun connu sous le nom scientifique de Combretum Micrathum. On en trouve principalement au Sénégal, mais également au Mali et au Soudan.

Il favorise la sécrétion de la bile indispensable pour digérer les graisses.

- Il facilite le processus digestif en général.

- Il est fortement recommandé pour ceux qui souffrent d’insuffisance biliaire ou de constipation chronique.

- C’est une boisson on ne peut plus recommandée pour les personnes suivant un régime amincissant et ceux souffrant d’obésité en particulier.


Le Moringa Olifeira ( aussi appélé le "nebedie" pour "never die", ne meurt jamais )

La feuille de moringa, séchée et réduite en poudre, est un superaliment de plus en plus apprécié sur tous les continents. Cet aliment 100% végétal et naturel assure l’équilibre des apports grâce à sa teneur exceptionnelle en vitamines, minéraux et antioxydants. De plus, la poudre de feuille de moringa offre un quart de son poids sec en protéines.  Elle contient aussi tous les acides aminés essentiels, fait rare pour une plante. Riche en acide caffeoylquinique et en chlorophylle, son action détoxifiante sur le foie est égale à celle de l’extrait d’artichaut.


Et voilà !! J'espère que vous avez apprécié ce voyage au coeur de la médecine Sénégalaise, ce regard porté par une partie des médecins Africains sur la place et le rôle de la médecine traditionnelle.

A bientôt!!

Marie-Laure Carlu

Naturopathe à Laon ( 02)





La naturopathie ne remplace pas le suivi et ou l’opinion de la médecine conventionnelle, mais peut travailler en complémentarité avec celle-ci .